Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Articles Récents

10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 07:12

 

Avant de commencer l'écriture de ce billet à caractère voyageur, je voulais adresser de spéciales pensées à ces personnes rencontrées ou revues en ces terres: Gwen Lugnier, Elo le Blanc, Terry Agator, Julien Leroux, Stuart Benson, Matt holloway, François Cuvelier, Balthazar Delegue, Sylvain Neveux.

Il est tôt en ce samedi d'avril, le jour se lève tout juste. L'air est frais et l'atmosphère est pourtant poussiéreuse. Je prends un taxi pour me rendre à la gare de bus de Ratnapark. Une grande agitation bouscule les gens. Un concert cacophonique est donné entre les klaxons, les vendeurs de fruits à vélo, les jeunes rabatteurs qui annoncent la destination de leur bus... 10h plus tard, je suis à 180km de là, à Jiri. Des routes chaotiques et néanmoins dangereuses ont été légion sur la totalité du trajet... c'est le début d'un périple en solo qui s'avérera être une véritable réflexion personnelle. Le lendemain je commence à marcher après avoir lu ceci sur un mot collé à une vitre de l'auberge:
[...] marcher parce que "l'Essentiel" se perçoit mieux dans l'effort, le silence et le solitude.[...]

À cette altitude, je trouve sur mon chemin des monts verdoyants parfois surpeuplés de rhododendrons fleuris et de cultures céréalières en terrasse. Plus haut, ils font place aux forêts de pins où les aigles et autres vautours virevoltent et tournoient aux dessus des arbres. Faune et flore Himalayenne ravissante. 
Le dénivelé se veut rude mais la beauté des paysages captent largement plus mon attention que l'effort que mon corps est en train de fournir. Le terrain n'est pas toujours agréable car raviné par les mules qui transportent des vivres et les bouteilles de gaz dans toute la vallée. Tantôt des pierriers tantôt de longs ponts suspendus, la concentration est requise pour éviter toute déconvenue.
Je ne croise quasiment personne sauf dans les villages où je décide de m'arrêter pour la nuit. Les jours se succèdent et ne se ressemblent pas. J'enchaîne les kms grâce au Dal Bhat* quotidien, souvent même aux 2 repas. "Dal Bhat power 24h". (*plat népalais à base de riz, légumes et soupe de lentilles)

Plus je m'enfonce dans la vallée du Khumbu où l'altitude augmente, plus la luxuriante végétation fait place à de la rocaille et les sentiers désertés sont désormais piétinés par des troupes de touristes venus bien encadrés pour aller voir le toit du monde.
Je croise beaucoup de porteurs, sherpas pour certains, qui portent des paquetages impressionnants pouvant atteindre les 70kgs! Les yaks ne sont pas rares non plus dans les parages quand il s'agit de porter plus. Croisé un troupeau sur un pont suspendu à plus de 80m de haut apporte sa dose d'adrénaline. Soudain, j'entends des clochettes aux loin, qui se rapprochent rapidement... c'est alors que déboule un chevalier sauvage sur son destrier. Il a fier allure, l'instant est hors du temps et appréciable.

Je fais une étape, quasi obligatoire, dans la capitale du pays sherpa: Namche, véritable amphithéâtre naturel. Cette nuit à 3500m d'altitude est nécessaire pour s'acclimater avant de s'engouffrer dans le sanctuaire de Sagarmatha qui loge les plus hauts monts de la planète. 
Le lendemain, je parcours quelques centaines de mètres et enfin se dévoilent ces monstres enneigés de plus de 8000m! Je reste sans voix devant ce spectacle. C'est somptueux.

Puis vient le jour du point culminant de cette longue marche de 150km. Je bifurque à l'Est dans la vallée de l'Imja Khola et laisse ainsi l'autoroute du trek derrière moi. Seul, à nouveau, juste quelques yaks se nourrissent paisiblement dans cette prenante quiétude. Je marque mon passage en construisant un cairn. Les derniers 700m de dénivelé positif m'amènent devant cette icône locale... l'Ama Dablam. Je suis à son pied, mon coeur palpite, je prends de grandes inspirations puis je la regarde d'en bas à 4600m, elle me regarde d'en haut à 6856m, rien ne nous sépare. Je regarde ses arêtes, de massifs séracs, les moraines du glacier de Mingbo et le sommet de l'Ama Dablam où l'on peut presque voir l'atmosphère se clarifier... du silence et de la beauté au naturel, voilà ce qu'il se passe à ce moment là.

Certes des personnes sont derrière moi dans les tentes. Ils se préparent à l'expédition pour atteindre le sommet dans quelques jours... Ils sont 2, les 10-12 autres ont pris de l'avance et progressent déjà sur la montagne. J'échange quelques mots avec l'un des 2 qui fait sa lessive dans le ruisseau. Il est australien. Il se propose gentiment de me prendre en photo pour immortaliser mon humble victoire de trekker. (Dédicace aux copains bourguignons qui ont parcourus un petit bout des Andes avec moi il y a 1 an et demi: popote ch et Yann marchand)
Puis je lui pose quelques questions techniques quant à l'approche du pic. 
L'arète Sud-Ouest sera empruntée, puis 3 camps de base à installer à des altitudes différentes  sur des espaces très réduits. Je suis en admiration devant ces gars qui ont, au delà des connaissances techniques, un courage impressionnant. 
Je pense alors à tous mes amis grimpeurs et montagnards : Gwen Lugnier, Jones bertoux, Mathieu Trudeau, Xavier Méon, Elodie le Blanc, Cassi Fink, Flo Medina, Raf Viellard.
Comme le veut la coutume aux camps de base et sur les sommets, j'accroche des drapeaux népalais afin que le vent souffle sur nos chemins les bonnes énergies qu'ils contiennent.

Je me redirige plus bas dans la vallée pour prendre l'avion 2 jours plus tard à 40 km de là. Une redescente sur un nuage, le physique entraîné, le souffle habitué, le moral renforcé...
Les bénéfices d'une petite balade dans la vallée du Khumbu...
Je laisse derrière moi les Himalayas et le peuple sherpa avec un vol digne des aventures d'Indiana Jones!

Avant de terminer ce récit, une dernière pensée également pour une légende de l'alpinisme, Ueli Steck (1976-2017), qui a perdu la vie dans ces montagnes de l'Everest pendant mon trek.

 

PS: La qualité des photos n'est pas bonne, je m'en excuse, j'ai fait au mieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by zuzu
commenter cet article

commentaires

Gropote 13/05/2017 16:01

Tu t'es offert la plus belle des méditations, celle qui requiert courage et abnégation, chapeau !